• Actualités

      Les « gestes » de Laurent Lacotte

      Du 10 au 13 juin, Laurent Lacotte, lauréat de l'appel à projet de Mulhouse Art Contemporain, a réalisé une série de "gestes" artistiques dans le cadre de 0(ff)17 dans divers lieux de la ville. D'emblée, l'enjeu consistait à investir un territoire inconnu au départ, d'y repérer des lieux, des situations, des objets dans l'espace public et de réinterpréter en ces éléments. Après les repérages des deux premiers jours, Laurent Lacotte a entamé son oeuvre performative par un premier "geste" en installant 200 bougies sous la dalle couvrant le marché du canal couvert. Dans cette semi-obscurité, habitée par des incursions de lumière filtrant à travers les grilles, dans cette sorte de tunnel où résonne la vie "d'en haut", ses rumeurs, ses conversations, ses bruits, Laurent Lacotte a imaginé une exposition de 4 heures, "4 hours exhibition", durée de vie annoncée des bougies utilisées pour installer une sorte d'autel souterrain au fond de cette caverne quasi platonicienne. En fin d'après-midi, ces faibles flammes dans la nuit brûlaient toujours...

      "Four hours exhibition", 2017

      "Four hours exhibition", 2017 200 bougies allumées dans le tunnel souterrain sous le marché de Mulhouse.

      "Tapis flottant", 2017

      "Tapis flottant", 2017

      Tapis trouvé dans la rue, bouées en plastique, corde, fil de fer, scotch, branchages. 170 x 80 cm

      Visible depuis le pont de Strasbourg, Mulhouse.

      "Bienvenue", 2017

      "Bienvenue", 2017 Colliers de fleurs artificielles sur barbelés coupants. Square rue de l'arc, Mulhouse.

      "Pépites de chantier", 2017

      "Pépites de chantier", 2017

      Peinture aérosol or sur gravas. Dimensions variables.

      Chantier au pied du bâtiment Région Alsace, proche de gare, Mulhouse.

      "Sans titre", 2017

      "Sans titre", 2017 Bombe à eau remplie d'air, fontaine asséchée. Mulhouse.

      "Soulèvement", 2017

      Laurent Lacotte & Mathieu Tremblin "Soulèvement", 2017 Ballon de baudruche noir, air, panneau de signalétique plié.

      "XYZ", 2017

      Laurent lacotte & Mathieu Tremblin "XYZ", 2017 Vitrine abandonnée, croix en ruban adhésif (100 x 100 cm chaque), ciseaux . transformation de l'initiale signalétique "XXX" en "XYZ"

      façade de la maison natale d'Alfred Dreyfus, Mulhouse.

      "Geste", 2017

      "Geste", 2017 Gadget en mousse et encre empalé sur tige métallique, tas de terre et de pierres.

      Chandelier en métal

      Chandelier en métal trouvé dans une benne de chantier, corde, adhésif, lampes à leds, piles. Sous le pont piéton de la rue des Noyers à Mulhouse
       
       

      0(FF)17 / Mirage de Laurent Lacotte

      0(FF)17 -Événement à Mulhouse du 10 au 13 juin 2017. Une initiative de Mulhouse Art Contemporain, en écho à la Biennale de la jeune création de Mulhouse.

       

      Laurent Lacotte, Bouquet de chantier, 2016 Tuyaux de construction en plastique trouvés sur un chantier et réagencés sur tas de pierre et gravas, Migennes.

      © Laurent Lacotte

       
      A l’instar des précédentes éditions, Mulhouse Art Contemporain (MAC) propose un événement off en marge de mulhouse 017 qui prendra la forme d’une œuvre performative, déployée à Mulhouse sur plusieurs temps/ lieux au moment de la biennale de la jeune création contemporaine.
      À travers cette initiative, Mulhouse Art Contemporain poursuit son travail de promotion de l’art contemporain avec la conviction qu’il faut donner à voir, à partager pour mieux comprendre…
       

      Mirage de Laurent Lacotte

      Laurent Lacotte privilégie le travail contextuel et les ressources déjà en place sur les territoires pour mener à bien ses projets. Ce, dans une volonté de valoriser ce dernier en faisant émerger ses qualités poétiques et en engageant régulièrement un travail resserré avec les forces en présence.
      Sa pratique de la déambulation, forme d'errance volontaire, lui permet d'observer ou de fabriquer des situations qui vont révéler certaines qualités singulières des endroits traversés.
      Ses installations, gestes ou situations voient le jour aussi bien dans les espaces très passants que dans les zones plus reculées, souvent délaissées.
      Par ailleurs, sa pratique est jalonnée de projets collaboratifs aux formes parfois inédites ; en témoigne par exemple le projet « Trail » mené sur le territoire rennais en 2016 avec le Phakt, Centre Culturel Colombier. L’artiste a alors mis en place un protocole de travail avec des habitantes et habitants du territoire qui ont abouti à la cosignature d'œuvres réalisées dans l'espace public.
      Aujourd'hui, dans le cadre de la manifestation O(FF)17, Laurent Lacotte propose un projet dans la juste lignée de ses préoccupations en adaptant sa démarche au format de l’évènement.
      Pendant toute sa durée, l’artiste sera joignable sur une ligne téléphonique dédiée, donnant l’opportunité à quiconque de le rejoindre sur ses zones de productions, toujours mouvantes.
      Trois jours pour éprouver l'espace et inventer des territoires émotionnels.
      Trois jours pour réaliser un parcours d'œuvres éphémères dans la ville.
      Trois jours où la ville est traversée en long, en large et en travers. Trois jours où chaque soir l'on revient sur ce qui a été fait au travers de moments conviviaux dédiés à la rencontre (projections des travaux réalisés dans la journée, échanges avec le public autour d'un verre).
       

      * * *

      Pour suivre le déploiement de l’œuvre

      Téléphone : 06 21 85 97 72
      Page Facebook : 0FF17-Mirage-de-Laurent-Lacotte-341798396237345
       

      * * *

      A propos de l’artiste

      Laurent Lacotte est un artiste qui privilégie le travail in situ et conçoit généralement ses œuvres en fonction des endroits dans lesquels il se trouve.
      Depuis le début de son travail d’artiste, il utilise à dessein des matériaux fragiles et précaires pour réaliser des installations le plus souvent éphémères. Il intervient souvent dans la rue, ou dans les zones sensibles de circulations humaines et/ou de partage de territoires comme les zones de transit, les espaces séparés par des frontières invisibles mais sensibles, les quartiers... Il mène en parallèle un travail d’atelier où il produit des pièces utilisant des matériaux aussi variés que le béton, la peinture ou le néon. Plus généralement, son art qui se confronte au réel s’installe là où l’on ne s’y attend pas et met en exergue, non sans ironie d’ailleurs, les tensions, les contradictions et les travers de notre société contemporaine. Toujours guidé par le monde qui l’entoure, son questionnement et ses problématiques sous-jacentes, il crée avec humour et poésie des installations et des environnements singuliers. Il tisse ainsi des passerelles entre l’art et le quotidien, en explorant les notions liées à l’espace public et institutionnel, à l’intime et à l’universel.
      Entre-les-murs, chaque exposition est pour lui l’occasion d’interroger et de perturber les codes qui appartiennent au registre du dispositif muséal, en posant notamment la question de la sacralisation de l’œuvre d’art et en inventant d’autres formats possibles. A l’image de sa création qui imbrique l’art et la vie, Laurent Lacotte souhaite rendre visibles ses processus de production en les partageant et en provoquant les rencontres artistiques et humaines par des dynamiques collectives.

      Sublimer l'inattendu

      « Lorsque l’on évoque le travail de Laurent Lacotte, c’est très souvent pour le définir par le biais de l’installation in situ. Pourtant, ce n’est pas tant cette notion qui devrait le spécifier mais bien mieux la capacité de l’artiste à s’emparer d’un inattendu pour le sublimer à travers une action, un presque rien qui lui permet d’en faire émerger les qualités poétiques. Laurent Lacotte ne cherche ainsi pas les lieux et moments qui lui permettent de créer, ce sont eux qui viennent à lui lors de ses déplacements. Car l’une des pratiques récurrentes de l’artiste a trait à la déambulation ou plutôt à une certaine flânerie, proche de l’errance. Cet état volontaire, lui permet, au travers des trajets effectués, d’aller à la rencontre des gens, de partir à la découverte d’un élément, d’une perspective qui sera le déclic d’un geste artistique, d’un geste poétique s’autorisant à rendre visible l’invisible. Tout ici devient alors question de point de vue.
      S’approprier un espace, notamment l’espace public, c’est une manière de se sentir chez soi un peu partout. C’est aussi interroger ses règles. Par ce biais, la lecture du paysage de Laurent Lacotte bascule dans une parole plus politique et déborde largement le terme de ses actions questionnant notamment notre rapport au monde et à l’histoire. »

      Vincent Verlé, 2016.

      En savoir plus

      Le site de l'artiste
      Téléchargez le dossier complet de présentation de Laurent Lacotte :
         

      Le Guide 2017 de Mulhouse Art Contemporain

      L’art appartient à tout le monde

      Cette première édition du Guide de Mulhouse Art Contemporain recense les œuvres d’art présentes dans l’espace public mulhousien, ainsi que les lieux et institutions qui permettent au public de découvrir et de partager ce patrimoine commun.
      Car, nous en sommes persuadés, l’art appartient à tout le monde.
      Les démarches des artistes présents dans l’espace public sont multiples dans leurs expressions, les matériaux utilisés, les catégories dans lesquelles on peut les ranger, même si - lorsqu’on accepte au préalable d’être curieux – ce classement n’a pas d’importance.
      Ces œuvres et ces lieux consacrés à l’art contemporain, existent par la volonté conjuguée des artistes, des décideurs politiques, économiques, des relais associatifs et des institutions culturelles.
      Créateurs de notoriété internationale ou vivant et travaillant ici et maintenant, tous ces artistes méritent notre attention parce que leur geste artistique croise notre chemin quotidien, parce que tout un chacun, dans cette rencontre, cette confrontation, ce dialogue avec l’œuvre, peut se l’approprier. Au-delà du simple critère du goût et de l’esthétique, en acceptant cette parole comme un signal émis en direction d’un public le plus large possible.
      Car l’espace public requiert cette liberté de circulation de l’expression artistique et l’opportunité de s’approprier ces œuvres qui nous appartiennent, partie intégrante de la richesse d’une communauté.
      Dominique Bannwarth (*)
      (*) Président de l’association Mulhouse Art Contemporain soutenue par la Ville de Mulhouse et dont l’objectif premier est la promotion de l’art contemporain à Mulhouse, sous toutes ses formes et pour tous les publics. Voir le site www.mulhouse-art-contemporain.fr

      Totem, vibrations chamaniques, installation vidéo de Robert Cahen

      Une initiative de Mulhouse Art Contemporain, en partenariat avec La Kunsthalle.
      Du 14 mars au 1er avril 2017
      Vernissage-rencontre : mardi 14 mars à 18h00
      Mulhouse Art Contemporain présente, dans le cadre du week-end de l’art contemporain, une œuvre de l’artiste vidéo Robert Cahen. L’association poursuit en cela son objectif principal qui consiste à faire partager à tous les publics la découverte des expressions multiples de l’art contemporain, dont la vidéo est devenue, ces dernières décennies, un des modes majeurs. Dans cette discipline, il apparaît pertinent d’offrir à Robert Cahen, l’un des représentants majeurs y compris au plan international, de cette écriture créative, une visibilité dans sa propre ville. Le choix du lieu, la Fonderie, la collaboration avec La Kunsthalle, l’intégration de cette proposition au week-end de l’art contemporain, illustrent cette volonté de diffusion et de promotion de l’art contemporain dans l’espace public mulhousien.  
      L’œuvre présentée : Totem, vibrations chamaniques. Installation vidéo de Robert Cahen.  Musique et sons : M.Hélène Bernard.  Effets spéciaux et montage : Thierry Maury.   Production Pixea Studio 2016
      Les images tournées en Corée par Robert Cahen se veulent un regard original et personnel sur des femmes chamanes et les paysages coréens traversés. Entrent en résonnance avec ces images, les paysages sonores captés en Corée et les musiques composées par Marie-Hélène Bernard, l'ensemble nous transportant dans "un autre voyage" où nos repères vacillent, agités par un rituel chamanique, entre réel et fantastique, gravité et gaité, tension et détente…

      * * *

      Esprits diaboliques, si vous voulez me prendre, Faites-le sans vous moquer ! Qu’ai-je donc fait de mal ?
      Je compte mes amis : eaux, rocs, bambous, pins De quoi aurais-je besoin de plus ? Chunyangga (répertoire pansori)
      Extrait d’un texte coréen de rituel chamanique

      * * *

      L’installation vidéo Totem, vibrations chamaniques a bénéficié du généreux soutien matériel des associations Envie et L’Art et la matière ainsi que de La Filature, scène nationale

      L’artiste

      Robert Cahen a tout d’abord suivi une formation de compositeur au sein du Groupe de Recherches Musicales de 1969 à 1971, dont il devient membre actif et l’un des compositeurs en 1971, titulaire du diplôme du conservatoire national supérieur de musique de Paris, dans la classe dirigée par Pierre Schaeffer. La rencontre avec ce grand compositeur, Directeur du service de la recherche de l’ORTF, va être déterminante. Robert Cahen intègre par la suite son équipe, en tant que chercheur.
      Parallèlement à la composition musicale, l’artiste s’oriente aussi vers l’image et la vidéo auxquelles il applique les expérimentations techniques et le langage de la musique concrète. En ce sens, on peut le considérer comme un des pionniers de l’utilisation d’instruments électroniques dans le traitement combiné des images et du son.
      Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées en France et à l’étranger. Lauréat de la Villa Médicis Hors les Murs en 1992, il obtient trois ans plus tard une commande publique pour une installation vidéo à Euralille. Le FRAC Alsace présente en 1997 sa première exposition d’installations. Depuis ses installations vidéo sont exposées dans de nombreux pays (Chine, Japon, Italie, Allemagne, Argentine, Chili, Colombie, Azerbaïdjan...) En 2010, c’est au Jeu de Paume à Paris qu’est programmée une rétrospective complète de ses films et vidéos.
      Dans le cadre du festival Musica 2013, Robert Cahen a présenté l’installation Boulez-Repons à l’Aubette à Strasbourg, s’en est suivie l’année suivante une passionnante exposition intitulée Entrevoir que lui a consacré le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg.
      En 2014, Mulhouse Art Contemporain a présenté une sélection des films de Robert Cahen, lors d’une soirée spéciale présentée au cinéma Bel-Air à Mulhouse.
      Enfin, Robert Cahen a bénéficié du soutien de Mulhouse Art Contemporain pour son travail de vidéaste dans le cadre de la création de l’œuvre musicale de Marie-Hélène Bernard Un chemin de sable blanc, créée en 2016 à Reims et Lyon.  
      Informations pratiques
      Heures d’ouverture
      Hall de la Fonderie
      16, rue de la Fonderie à Mulhouse
      Du lundi au samedi : 9h00 - 18h00
      Dimanches : 14h00 - 18h00
      Entrée libre
      Accès En voiture : autoroute A35 et A36, sortie « Mulhouse centre », direction Gare puis Université – Fonderie ou Clinique Saint Sauveur - parkings à proximité Depuis la gare : suivre le canal du Rhône au Rhin (Quai d’Isly) jusqu’au pont de la Fonderie puis rue de la Fonderie (15 mn à pied / 5 min à bicyclette). Transports en commun : arrêts « Fonderie » (bus n°10, ne circule pas le dimanche) ou « Tour Nessel » (Tram 2 et 3) A vélo : station « Vélocité » à proximité | Piéton : à 10 minutes du centre-ville

      0(FF)17 : l’appel à projet est lancé

      0(FF)17  / Événement à Mulhouse du 10 au 13 juin 2017
      Une initiative de Mulhouse Art Contemporain, en écho à la Biennale de la jeune création de Mulhouse.

      A l’instar des précédentes éditions, MAC propose un événement off en marge de mulhouse 017 et lance un appel à projets pour une oeuvre performative dans le champ de l'art contemporain, déployée à Mulhouse sur plusieurs temps/ lieux au moment de la biennale de la jeune création contemporaine.  
      Le but de l’association MAC, créée en 1982, est de promouvoir l’art contemporain à Mulhouse et dans la région en développant divers événements et projets avec une volonté de transmission à tous les publics. Avec 0(FF)17, MAC a pour ambition de valoriser la création contemporaine, tout en la montrant dans des espaces publics, inattendus.  
      MAC accordera une attention toute particulière aux propositions qui prendront en compte le contexte mulhousien (histoire, territoire) ainsi que les ressources humaines locales.  
      À travers cette initiative, Mulhouse Art Contemporain poursuit son travail de promotion de l’art contemporain avec la conviction qu’il faut donner à voir, à partager pour mieux comprendre…
       

      Calendrier de l'événement

      31 mars : date limite de remise des candidatures
      Première semaine d’avril : réunion du jury et annonce du lauréat.
      Du 10 au 13 juin : O(FF)17, présentation de(s) l’oeuvre(s) – lieux à déterminer
       

      TELECHARGER L'APPEL A PROJET

       

      « Catalogue », le livre de Vincent Delbrouck est disponible

      Le photographe Vincent Delbrouck, accueilli en résidence en octobre 2015 à Mulhouse, par Mulhouse Art Contemporain en association avec la Biennale de la Photographie de Mulhouse, et dont on a pu voir l'exposition des travaux au musée des Beaux-Arts durant la BPM 2016, a réalisé un livre intitulé "Catalogue" réunissant des photographies réalisées à Mulhouse associées à des collages et des images faites à Cuba. Chaque exemplaire du livre est unique dans la mesure où l'artiste a assemblé de manière différente la centaine de tirages qu'il a sélectionnés. Mulhouse Art Contemporain a participé à la production de cette édition présentée lors du finissage de la BPM 2016 en septembre dernier lors de la table ronde sur l'édition bâtiment 75 de DMC. Le livre est disponible à la Librairie 47° Nord , maison Engelmann, rue de la Moselle à Mulhouse, au prix de 50 euros. catalogue

      Résidence artistique du photographe Vincent Delbrouck à Mulhouse

      Mulhouse Art Contemporain et la Biennale Photo de Mulhouse ont pris l’initiative d’organiser une résidence artistique du photographe belge Vincent Delbrouck en octobre 2015. Le travail réalisé à Mulhouse – notamment, mais pas exclusivement, dans le quartier des Coteaux -  a fait l’objet d’une exposition au musée des Beaux-Arts durant l’édition 2016 de la BPM et se retrouve en partie dans l’édition du livre « Catalogue » publié par l’artiste avec le soutien de Mulhouse Art Contemporain et de la Biennale Photo de Mulhouse. Il a noué directement des contacts dans le quartier des Coteaux, à la Hear (école d’art du Quai) où il est également intervenu pour animer avec les étudiants un workshop, mais aussi dans d’autres lieux de la ville et alentours. De ce séjour, il a ramené des images qui ont alimenté son exposition durant la Biennale dans la grande salle du musée des Beaux-Arts et nourri son projet éditorial, sous la forme d’un livre intitulé « Catalogue », publié en septembre et présenté à Mulhouse pour le finissage de la Biennale et la table ronde sur l’édition photographique organisés par la BPM avec la participation de MAC le 3 septembre dernier dans le bâtiment 75 de DMC. Le travail de Vincent Delbrouck a par ailleurs fait l’objet d’une publication d’une page dans le journal L’Alsace  publiée le 13 août 2016.img_5032 img_5036 img_5025

      Assemblée générale le 22 novembre

      Mulhouse Art Contemporain réunira son assemblée générale annuelle mardi prochain 22 novembre à 19 h 30 à la Closerie à Sausheim.  

      Cyrielle Tassin, lauréate de l’expo 0(FF)16 au marché de Mulhouse

      obsolescence Le jury qui s'est réuni le 7 avril a choisi parmi 25 candidats, le lauréat de l'appel à projet de l'exposition 0(FF))16 qui s'est tenue dans la halle du marché du canal couvert de Mulhouse du 4 juin au 4 septembre, à l'initiative de Mulhouse Art Contemporain avec le soutien de la Ville de Mulhouse et de l'association des commerçants du marché du canal couvert de Mulhouse, en marge de la Biennale de la photographie 2016. Cyrielle TASSIN Il s'agit de la jeune artiste champenoise CYRIELLE TASSINEn savoir plus »

      0(FF)16 : l’appel à projet

      0(FF)16 - Exposition dans les espaces du marché du canal couvert et sa halle à Mulhouse du 4 juin au 4 septembre 201 0FF-pour-site

      Une initiative de Mulhouse Art Contemporain, en écho à la Biennale de la photographie de Mulhouse.

           

      Lancement de l'appel à projet

       

      À l’instar de la précédente édition - l’exposition 0(FF)15, MAC propose un off en marge de la Biennale de la photographie de Mulhouse et lance un appel à projets pour une installation photographique qui prendra place dans les espaces du marché du canal couvert et de sa halle à Mulhouse.

           

      TELECHARGER L'APPEL A PROJET