• Aujourd’hui pour demain / proposition n°2 par Mickael Roy au Musée des Beaux-Arts

      0

      • /
      • 25 mars 2013
      • /
      • 0 Commentaires
      • /
      • dans Expositions
      • /

      EXPO MUSEE DES BEAUX ARTS MULHOUSE

      Avec des œuvres de Stephan Balkenhol, Jeremy Deller, Dewar & Gicquel, Rineke Dijkstra, Claire Fontaine, Bethan Huws, Sigalit Landau, Nelson Leirner, Julian Opie, Ben Vautier & Ai Wei Wei

      Cette deuxième proposition d’Aujourd’hui pour demain poursuit le mouvement initié en 2012 en présentant une sélection d’œuvres d’artistes actuels internationaux, émergents ou confirmés, tous partie prenante d’une scène de l’art mondialisée. Alors que la première proposition s’articulait autour de la notion fondamentale de l’espace de l’œuvre au travers d’installations, ce nouvel accrochage accorde une place importante aux pouvoirs de l’image, peinte ou photographiée ainsi qu’à l’objet, manufacturé, culturel ou naturel.

      Imaginée pour faire apparaître des dualités en écho à une société dispersée, tiraillée, fragmentée, fissurée et opposée, l’exposition interroge souvent avec frontalité (Ai Wei Wei), tantôt avec un brin de légèreté et de poésie (Sigalit Landau), la véracité d’un monde en proie au spectacle, à la violence (Rineke Dijkstra) et ce faisant, à l’errance (Bethan Huws) et à l’impasse.

      Considérée comme un commentaire possible, bavard ou silencieux, de l’édifiante course à l’amenuisement du genre humain, chacune des œuvres présentées témoigne de la capacité de l’artiste d’aujourd’hui à s’emparer du réel, souvent en décalage, pour mieux dire ce que tout un chacun regarde sans comprendre ou écoute sans entendre.

      Si l’art n’est qu’une affaire de publicité (Ben Vautier) et si le quotidien est la description même de la trivialité, n’y a-t-il pas un leurre (Dewar & Gicquel) à se sentir confiant devant toute perspective (Julian Opie), offerte ou imposée ? Entre la prise de position et la position de départ – d’invitation,  à emprunter les voies de l’indignation et de la résistance, cette exposition propose autant d’attitudes discursives à l’égard d’un monde politique (Nelson Leirner) et social et d’un milieu de l’art (Jeremy Deller) paradoxalement en proie au conformisme, à l’unité superficielle et à un jeu d’apparences, mais où une vision stéréotypée et une désunion guettent.

      En guise de réponse ouverte à cette crise de confiance, qui nous place au seuil d’une dépression collective (Claire Fontaine), onze œuvres invitent à réfléchir par la création, sans détour ni illusion, à un espace de refuge et de recueillement pour une pensée apaisée où l’Homme, être de nature, de doutes et de faiblesses (Stephan Balkenhol) retrouverait le rôle qui lui revient, vecteur d’un avenir incertain mais au demeurant acteur de ses lendemains.

      Au risque de paraphraser Guy Debord dans son avertissement à la troisième édition française de La Société du Spectacle, il faut lire cette exposition en considérant qu’elle a été sciemment écrite dans l’intention de nuire à la société spectaculaire. Elle n’a jamais rien voulue dire d’outrancier.

      Mickaël Roy – Commissaire de l’exposition

      INFOS PRATIQUES

      Aujourd’hui pour demain
      proposition n°2
      Stephan Balkenhol, Jeremy Deller, Dewar & Gicquel, Rineke Dijkstra, Claire Fontaine,
      Bethan Huws, Sigalit Landau, Nelson Leirner, Julian Opie, Ben Vautier, Ai Wei Wei
      Commissariat : Mickaël Roy
      Mercredi 27 mars 2013 à 18h30
      Musée des Beaux-Arts
      4, place Guillaume Tell, Mulhouse
      Tél. 03 89 33 78 11
      Exposition du 28 mars au 26 mai 2013
      tous les jours (sauf mardis et jours fériés) de 13h à 18h30

      LAISSEZ UNE RÉPONSE